Marc Ducret - Tower, vol.1

La première écoute du nouveau disque de Marc Ducret risque de dérouter l'auditeur qui s'en tiendrait à cela tant la musique jouée ici est d'une rare densité (tant au niveau des textures que du propos). Pourtant à la relecture, on saisit d'infinis nuances mises en valeurs par les musiciens totalement investis qui composent le nouveau quintet franco-danois (très cuivré) du guitariste français : trompette (Kasper Tranberg), trombone (Matthias Mahler), saxophone basse (Fred Gastard) et batterie (Peter Bruun). Le programme, bien qu'inspiré d'un chapitre du livre de Nabokov Ada ou l'Ardeur, (dont c'est la première interprétation, Ducret devrait proposer prochainement deux autre versions) n'est pas sans rappeler le Live in Greenwich Village de Albert Ayler, mais ici version punk par cette façon de prendre un matériau sonore parfois rudimentaire pour le transformer en pure énergie. Ducret est malgré tout un merveilleux conteur est la longueur des trois morceaux n'est pas un obstacle à la lisibilité du disque. Le guitariste qui pourrait se reposer sur des lauriers largement acquis propose une nouvelle fois un disque sans concession à la croisée de ce qui se fait de plus radical dans les univers du jazz comme celui du rock.

 

Marc Ducret – Tower, vol.1 – Ayler Records, 2011.

 

(chronique parue dans So Jazz, n°17, juillet 2011)